Tout s'accélère

Publié le 8 Juillet 2014

Le temps s'accélère. Un orage se prépare sournoisement, durablement. Nous assistons en ce moment à une séquence dont le futur souvenir deviendra un moment clé de notre histoire. Ironie de la chose, ce moment présent quasi personne ne le perçoit comme un marqueur fort de changement de société. La société n'en sera pas seule impactée : tous nous allons en prendre notre part et sortir marqués de cette période où une lumière jaune semble scanner l'horizon et amincit les silhouettes pour les fondre dans un décor devenu irréel.

Reste à savoir quelle part nous allons choisir individuellement : une part de lumière ou une part d'ombre ? Allons-nous entrer dans la conscience du monde qui nous entoure, ou nous lover dans un crépuscule qui se voudrait rassurant ?

Après la moulinette médiatique de la grève SNCF, s'est mise en route, implacable, celle de la SNCM. Qui dira que depuis au moins 10 ans tout est fait pour tuer cette société ? Qui dira que se prépare dans un assourdissant et complice silence la prise de pouvoir sur les lignes continent / Corse par la Corsica Ferries ? Qui parlera de ce siège social bastiais revendiquant 2 navires quand Corsica en exploite 12, qui ira regarder du côté de Genève ou se cache discrètement la holding Lozali de la famille Lota ? L'imbécile regarde le doigt tendu. On peut aussi regarder ici, et en cherchant bien vous trouverez la vraie histoire de la SNCM et de Corsica Ferries. Et vous comprendrez les raisons de la colère des marins de la SNCM, symbolique de la déconstruction de notre pays et des idéaux du CNR.

La colère gronde aussi dans les rangs de l'UMP. Comment peut-on être assez naïfs pour donner du pouvoir à ceux qui ont l'habitude d'en abuser et ensuite venir couiner que leur ayant aussi donné les clés du cellier, ces rapaces se soient servis ? De l'argent public est aussi parti dans ces orgies indécentes. Qui paiera, qui a payé ? Tout le monde. Et tout le monde s'en moquera très vite, les vacances arrivent. Qui notera le fait que Brice Hortefeux, non content de cumuler indemnités de député européen et de conseiller régional d'Auvergne (à sa déchage, il n'use que fort peu la moquette clermontoise, grâce lui en soit rendue) soit rémunéré par l'UMP plus de 6 000 euros par mois.. A quel titre ? Cela les regarde. Mais avec quel argent, cela ME regarde, et devrait aussi vous regarder.

Le fruit est décidément bien pourri ; si pourri et prêt à tomber de l'arbre que, miracle, la grande bouche de Marine Le Pen est peu ouverte en ce moment. Elle l'ouvrira pour gober ce qui pourra l'être encore une fois le ressac passé.

La conférence sociale se délite. Tout autant que se délite ce qui ne reste plus d'un idéal socialiste, jeté aux orties en même temps que des convictions si molles qu'elles ont bien failli ne pas faire illusion en mai 2012. Si peu d'écart, et si peu d'égard en contemplant le tableau désolé qui s'offrait alors aux yeux du ravi Hollande, président malgré lui. Deux ans plus tard, le ravi montre toujours aussi peu d'égard et ne regarde même plus le tableau d'un peuple de France bientôt mûr pour tenter ou laisser faire ce que décidera une minorité.

L'été est là, les vacances arrivent. Le capitaine de pédalo est aux commandes. What else?

 

 

 

Le Scandola

Le Scandola

Rédigé par Sylvie Boussand

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article