Pourquoi marcher le 5 mai selon Mélenchon

Publié le 19 Avril 2013

 

"La situation du pays se dégrade à grande vitesse. Toutes les hypothèses économiques qui justifiaient aux yeux de la nouvelle équipe gouvernementale sa capitulation sans condition devant la finance sont démenties. Le pays va entrer en récession selon le FMI et selon le Haut Conseil des Finances publiques. Par conséquent le chômage va encore augmenter et atteindre un niveau record depuis la fin de la guerre. Evidemment, les déficits vont se creuser, non seulement ceux de l’Etat mais surtout ceux des comptes sociaux qui reposent sur les cotisations sociales. Du coup de nouveaux trains de mesure de coupes budgétaires vont avoir lieu dans les comptes publics et sociaux. Et de nouveaux prélèvements vont être décidés en même temps que de nouvelles baisses de prestations. Evidemment, tout cela aggravera la situation pour l’année suivante, 2014. Tout un chacun va donc se trouver bientôt au pied du mur, ou bien subir en silence ou bien entrer dans l’action pour changer tout ça. Avec ou sans balai. Mais pourquoi pas avec pour faire, comme dit Lordon, la révolution des balais. Plutôt que d’abandonner notre pays au soi-disant « printemps français » de la réaction.

 

62668 10151601675009747 1558978019 n


 La spirale dépressive est à l’œuvre dans toute l’Europe. Bientôt les Allemands seront eux aussi plus rudement frappés que cela ne se voit aujourd’hui. Evidemment, toutes ces souffrances sont aussi vaines qu’inutiles comme nous en avons eu la preuve partout où ce type de politique a été mise en place. Cette situation va pousser plus loin les logiques de braderie et de pillage comme on l’a vu partout ailleurs. C’est déjà parti fort en France comme je le relève plus loin.

 


Dans le domaine politique ce contexte va aggraver considérablement les tensions. D’abord entre les gouvernants et les gouvernés. Les huées à la raffinerie de Petroplus quand l’hyper-solférinien Guillaume Bachelay a parlé devant les salariés floués et désespérés, l’intrusion des ouvriers de PSA dans le conseil national du PS, tandis que le premier ministre s’enfuit et que le ministre des finances va se cacher au fond de la salle, ne sont qu’un début. Mais de l’autre côté de l’échiquier aussi, la rage face à un pouvoir ressenti comme faible et sans appui populaire pousse à une radicalisation qui va aggraver la déstabilisation. En décidant d’annuler leurs réunions publiques sur le thème (nota : du mariage pour tous) et en décidant de rester cachés, les officiels socialistes ont affiché une pusillanimité qui est un encouragement aux pires débordements.



Ce n’est pas tout. Les jeux entre les partis de l’officialisme UMP et PS vont se durcir dans des logiques de surenchères politiciennes. Et naturellement tout cela va tendre aussi les relations à l’intérieur de ces partis à mesure que les uns auront l’impression que le pouvoir est à portée de main et que les autres auront le sentiment de le perdre. Bien sûr il n’y a plus de courroie de transmission entre les mobilisations sociales d’un côté ou de l’autre et l’officialisme UMP et PS. Sur le terrain, aucune des deux séries de mobilisations ne se sent représentée à présent par ces politiciens. C’est évident à gauche. Même à la CFDT. Mais c’est vrai aussi de l’autre côté, dans une moindre mesure certes. C’est ce que l’UMP découvre avec les manifestations de la Frigide Barjot et autres exaltés contre « le mariage pour tous ». Il y a là une radicalité difficile à reprendre en main par la droite traditionnelle assez largement démonétisée dans ces secteurs. De son côté, l’extrême-droite officielle Lepéniste a elle aussi beaucoup de mal face à des secteurs qui la débordent, compte tenu de la désertion de Marine Le Pen.…/…

 


En fait il ne faut pas perdre de vue que le  « Qu’ils s’en aillent tous » est un processus qui répond à la délégitimation de tous les pouvoirs, toutes les autorités. Tous, quelle qu’en soit la nature ! En soi ce processus est assez largement informel et assez incapable de se donner de lui-même une perspective générale. Tout l’enjeu est de savoir qui va l’incarner dans un sens ou dans l’autre. La stratégie de la révolution citoyenne vise à conquérir l’autorité et la confiance suffisante pour ouvrir une perspective qui devienne majoritaire. Pour cela deux conditions doivent être réunies dans l’action. D’un côté, un décrochage clair et tranché à l’égard de l’officialisme et du système politique dominant. Et secondement donner en permanence un contenu et des objectifs concrets de haut niveau à la protestation. C’est sur cette ligne que le Parti de Gauche construit son action quotidienne. Pour nous, ces deux conditions se réunissent dans l’action et par elle. Là, c’est la vieille règle du leader Krasucki : « La force se renforce en se voyant forte »… Comme on le sait, la marche du 5 Mai est dédiée à la sixième République. Elle fait le lien entre le refus de l’austérité et de la finance, et la question d’un changement radical des institutions. Ce sont des thèmes de haut niveau de contenu. Cette exigence n’empêche nullement de bien fédérer comme le montrent non seulement les mobilisations de terrain qui préparent la manifestation, mais le nombre et la diversité de ceux qui y appellent, nationalement et localement.

 


En fait une partie de la manifestation viendra sur ses propres mots d’ordre et analyses. Par exemple il y aura un ample cortège en faveur du « mariage pour tous » puisque précisément l’égalité de tous les couples fait partie des bases de la Sixième République, si l’on se souvient de mon discours à la Bastille en mars 2012. Nous assumons ainsi fièrement le rapport de force avec les amis de Frigide Barjot. Mais ce ne sera pas le seul cas. Il y aura des cortèges des usines martyrs, qui pour la nationalisation, qui pour la coopérative. En ce qui concerne les forces politiques, la diversité n’est pas non plus un obstacle. Le NPA a décidé de s’associer à cette manifestation. Il participe totalement au comité de coordination. Mais il défilera sur ses propres mots d’ordre. Même scénario pour Eva Joly et ses amis qui viennent sur leurs mots d’ordre eux aussi. Tous se retrouvent sur l’idée de changer le régime politique et les moyens de la démocratie dans notre pays. Tous viennent s’opposer à la finance et à l’austérité.

 


En décidant de coller à cette journée du 5 mai après que nous l’ayons préemptée, la droite et les anti « mariage pour tous » trahissent leur anxiété. Il s’agit pour eux d’empêcher que la société exprime sa colère sur la gauche. Ce qu’ils ont mis en route avec la lutte contre « le mariage pour tous » est pour eux fondateur d’un « printemps français » comme ils disent. Cette saison serait censée jeter la société sous les bannières de la droite la plus traditionnelle et donc la plus réactionnaire. Vu de haut et de loin on peut dire que c’est la suite du courant « droite décomplexée » que portait Nicolas Sarkozy. Ce faisant, bien sûr, ils nous mettent au défi. Faut-il s’en plaindre ? Je ne crois pas qu’une seule personne de bonne foi confonde les deux manifestations. Et cela en dépit des efforts que vont faire pour cela les solfériniens, leurs divers bagages accompagnés et les « journalistes » qui leur servent la soupe. Mais acceptons le défi. De quel côté aller ? Ou bien s’effaroucher et abandonner le terrain à la droite manifestante comme y poussent le PS et les officiels d’EELV ? Ce serait reconnaître notre défaite. Pas celle de nos partis et groupements. Celle du courant que nous incarnons dans l’histoire face aux réactionnaires. Mais nous pouvons au contraire puiser de l’énergie dans le défi et relever d’autant plus haut le gant ? C’est évidemment cela notre choix collectif au Front de Gauche.

 


Mais je demande qu’on y réfléchisse. Le PS et EELV préfèrent abandonner le rapport de force populaire à la droite plutôt que de se tenir au moins en silence par rapport à notre mobilisation. Nous sommes donc tous seuls cette fois-ci en face de la droite. Et les gouvernementaux nous tirent dans le dos. C’est cela le symbole qui se met en place le 5 mai. Du coup, nous commençons à incarner sur le terrain tout ce qu’est notre camp politique du fait de la désertion des gouvernementaux. Pour moi c’est le début d’un élargissement de notre rôle dans la société et dans la période politique.

 


Une autre partie se joue aussi sous nos yeux en sens inverse. C’est en effet un paramètre intéressant que la dédiabolisation de Le Pen. Elle peut fonctionner comme une intégration au système des officiels. Vu de cette façon, Marine Le Pen et sa stratégie a ceci de bon qu’elle est en train de défaire la synthèse politique qu’avait réussie Jean-Marie Le Pen entre bandes et factions qui forment le socle historique du Front National. La course aux apparences « à gauche » quelle entreprend sous la houlette de Philippot, va à rebours du mouvement de ses bases qui vont, elles, dans l’autre sens. …/…"

 

A lire en intégralité sur le blog de Jean-Luc Mélenchon ©

 

Rédigé par Sylvie Boussand

Publié dans #Parti de Gauche

Repost 0
Commenter cet article

Jean Georges 23/04/2013 02:11


A Joël,


 Je  suis au pas cadencé ton papier et il n'a pas eu de mal à me convaincre ( s'il en était encore besoin).


Je trouve en effet que ces défilés de rue n'ont plus aucune signification, et puis ces temps-ci les manifs cela devient pénible. Autant j'avais trouvé, en pleine campagne électorale le formidable
rassemblement dans le calme d'une vrai gauche à la Bastille. J'avais aussi apprécié le discours de Mélenchon devant des centaines de milliers de personnes. J'y ai cru un peu à l'homme. Mais je
crois qu'il s'est fait peur ce jour là  et comme il est signifié dans ton papier il ne s'était pas préparé à autant de succés.


Je ne sais pas si de nos jours un tel homme serait capable de trouver et surtout de concretiser le chamboulement des institutions de la 5° République. Le peuple n'est pas prêt et surtout à peur
d'un changement de régime radical. Pourtant moi qui était plutôt un socialiste ( tranquille) je suis de plus en plus convaincu( après un an d'un hollandisme décevant) d'être partant pour une 6°
République à la Chavez. J'entends déjà les cris d'orfraie des tristes lurons umpistes et autres socialos de salons. Or, un homme ayant un carisme pour mener un tel combat n'existe pas, il ne
s'agit pas de crier dans l'euphorie d'un discours > pour que chaque citoyen malfaisant pour la nation prenne sa petite valise et se disparaisse je ne sais
où.


Non! au satde où nous en sommes, je crois que la révolution va arriver, mais hélas si nous n'y prenons garde ce ne sera pas celle que moi je souhaite, j'en vois une arriver avec une bande de
racistes, d'homophobes, d'esclavagistes avérés prêt à tout ( j'ai entendu parler de sang dans la rue, d'assassins et j'en passe.


La Révolution par le peuple, le prolétariat, la classe ouvrière n'a aucune chance en l'état, d'aboutir, il faut comme en 1989 une sorte de Tiers Etat, des républicains convaincus et honnêtes
venant de la rue, des campagnes capables de porter au pouvoir un homme (ou une femme) avec une équipe de responsables propres sans compromis mettant en place un programme établi, avec un
calendrier précis et de l'appliquer.


Donc une des solutions démocratiques  est de préparer pour les échéances électorales un programe et un homme pour l'appliquer .

Joel 19/04/2013 21:54


L'austérité est véhiculée par des pourris ( voir mon blog )


Et Mélenchon avec sa marche  , je le trouve un peu trop timide  avec les pourris !


bon, c'est vrai qu'il est opposé à Hollande , sans être dans l'opposition !  moi, je pense qu'on ne change pas
un social démocrate viscéral  ! 


Alors il faudra bien un jour qu'il soit clair avec cette bande au pouvoir !  on ne peut pas continuellement avoir le cul entre deux chaises !  et il y en aura beaucoup plus  lors
des municipales  avec le PCf !


Bref , j'y crois pas du tout  à ce genre de truc !    j'aurais même le sentiment d'être manipulé si j'y allais ! 


j'ai beau retourner dans tous les sens le probléme , c'est comme çà !  c'est juste une manif qui sert surtout aux leaders dans leur égo  , mais y'en a pas un qui croit une seconde que
çà va faire venir la 6éme république avant l'heure  !


Et le fait qu'un homme politique qui a été parlementaire national et qui l'est toujours au niveau européen  , organise lui même une manif qui plus est ;  assez tranquille ,  je
trouve çà bizarre !  en principe , c'est réservé aux  forces vives  non politiques pour protester  contre une réforme   , sans remettre en cause les institutions ! 
question de bon sens ! 


Quand un politique manifeste , en principe , lui, c'est pour prendre le pouvoir , et changer le régime !  et çà prend une autre dimension !! 


 


Alors , je sais pas , Mélenchon, il confond son statut  avec  celui d'un syndicaliste , ou quoi ?  s'il veut changer de régime, et c'est çà que je crois comprendre  , il se
démerde quoi ! il fait marcher se cervelle ,  il organise tout çà bien à l'avance comme l'a fait de Gaulle en 58 ( le recours à l'homme providentiel )  ou  il  s'arrange pour
que çà se fasse comme en URSS , par ex ou les autres pays ou çà s'est fait en douceur !  c'est pas les exemples qui manquent en Europe   là oui,  je marche ! 


Ou s'il n'est pas de taille ! bein il attend les élections !


Mais faire des manifs  comme les syndicalistes ,  comme s'il s'agissait d'une réforme qui passe pas , alors qu'il exige un changement de régime  ( la 6éme )   j'ai du mal
à comprendre le chmilblick


Il a souvent le cul entre deux chaises , hein ?  cette fois politique et syndicaliste


Bon s'il veut juste qu'on parle de lui , et c'est ce quer je crois , bein il fait un meeting traditionnel , quoi ! Mais pas une marche qui est en fait une manif !


comprends tu ce que je veux dire ?


Bises xx


 


 

GdeC 19/04/2013 20:33


Le nouveau visuel de ton blog est particulèrement agréable. Tu as bien fait de changer ! Cordiales salutations...  militantes !