Petit CV public

Toute chose a un commencement…

Courant 2000, Jean-Jacques Ladet, conseiller municipal de Mably (42 - 7 800 habitants) et accessoirement mon médecin de famille, me contacte. Il prépare une liste pour les municipales de Mars 2001. Pendant les mois qui précèdent l'échéance électorales, l'équipe réunit autour de JJ Ladet se forme sur tous les sujets liés à la vie municipale : finances, intercommunalité, urbanisme…
 
Je m'occupe de l'élaboration de nos documents de campagne ; tractages, réunions publiques… notre liste, sans soutien politique arrive deuxième des 3 listes en présence. Au second tour, nous remportons 22 sièges sur 29. Jean-Jacques Ladet est élu maire. Je suis élue 2e adjointe, en charge de la communication, et participe aux commissions finances, vie associative, culture, écoles.  Je suis également présidente de l'un de nos bureaux de vote.
 
Désignée pour représenter la municipalité au SIEMAR, école de musique intercommunale de Roanne, Le Coteau et Mably, je prends la 2e Vice-présidence de ce syndicat et m'occupe des finances (environ 840 000 euros de budget de fonctionnement en 2007).
 
En cours de mandat, je remplace une de mes collègues comme conseillère communautaire à Grand Roanne Agglomération. Cela me vaudra quelques échanges à fleurets mouchetés avec son président, Yves Nicolin (maire de Roanne à l'époque et député) concernant l'extension du Golf de Villerest et la salle de spectacle Le Scarabée.
 
Je déménage dans l'Allier (été 2004) et termine le mandat avec l'équipe de JJ Ladet, honorant du mieux possible mes engagements, malgré l'éloignement, en particulier au SIEMAR que je quitte après avoir préparé et présenté le débat d'orientation budgétaire et le budget primitif 2008. JJ Ladet avec une équipe renouvelée sera réélu dès le premier tour en mars 2008.

Et une suite…

Cette fois, c'est moi qui contacte Louis Méret ; il prépare la seule liste partante pour les municipales de 2008, dans mon village du Bouchaud (03 - 212 habitants). La liste est élue au premier tour. Je suis la dernière au tableau ; je me présente cependant pour le poste de 3e adjointe. Ce sera non. Je suis conseillère municipale.
Et aussi conseillère communautaire, membre du bureau de la communauté de communes Le Donjon Val Libre.
 
Désignée (et volontaire) pour représenter la commune, je siège :
- au SIVOM Vallée de la Besbre (eau) où je suis élue 2e vice-présidente,
- au SIVOS comme conseillère syndicale.

Dans la continuité…

Au moment des élections européennes de 2009, je suis la campagne électorale avec beaucoup d'attention. Le Front de Gauche m'interpelle. Si je ne suis pas dupe de certaines motivations sous-jacentes, cette émergence à gauche de ce rassemblement me semble la meilleure réponse à apporter à une droite hégémonique en France et en Europe, sous la bannière du PPE. L'accompagnement bien trop consensuel du Parti Socialiste en France et du PSE à Bruxelles de la politique de casse (orchestrée de main de maître par la droite) de nos services publics, du droit du travail, de la mise en concurrence des travailleurs les plus fragiles partout en Europe, des délocalisations et licenciements boursiers, leur interdit désormais (en ce qui me concerne) à parler "au nom du peuple".

NPA, Gauche Unitaire, PCF, Parti de Gauche… ce sera le Parti de Gauche. Ce qui me vaudra, aux élections régionales 2010 de figurer sur la liste Front de Gauche (section départementale de l'Allier) intitulée L'Humain avant tout, menée par André Chassaigne, député communiste du Puy de Dôme. Cette liste réalisera le meilleur résultat en France du Front de Gauche, avec 14,24 % des suffrages exprimés au premier tour pour la région Auvergne.
 
 
Mauvaise tête et caractère …

2012… une nouvelle histoire à écrire pour notre pays, et, par delà, pour l'Europe et le monde. Après avoir participé au Congrès du Parti de Gauche en novembre 2010 au Mans, le lien devient plus évident, quasi charnel avec ce Parti qui apprécie les caractères et les mauvaises têtes.
 
Depuis octobre 2011, je suis avec un camarade montluçonnais co-secrétaire départementale du Parti de Gauche de l'Allier. La longue marche commence pour amener notre candidat commun du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, en tête de la Gauche au soir du premier tour de l'élection présidentielle.
 
Législatives obligent, je suis suppléante sur le 3e circonscription de Vichy, aux côtés de Pascale Semet du Parti communiste. Cette circonscription, remodelée par le ciseau d'art du bon docteur Marleix, est détenue depuis 1997 par un PRG, Gérard Charasse, qui vient de se distinguer le 21 février en s'abstenant lors du vote sur le MES. Conseiller général, Il se représente, à 68 ans, pour un quatrième mandat. 
 

 

2014, quelques changements …

2014… et ses élections municipales. Je décide en fin d'année de me représenter pour les municipales de mars. Mais ne souhaite pas figurer sur la "liste" du maire sortant, bien décidé à 75 ans à rempiler. L'indemnité de maire valant bien une retraite complémentaire d'agriculteur… il me précisera, lors d'un tête à tête que oui, c'est pour être maire qu'il se présente et rien d'autre. Sans porter de jugement sur l'homme, je ne puis cependant accepter de suivre une nouvelle fois un élu dont le comportement parfois aléatoire et les compétences très approximatives ne correspondent absolument pas à l'idée que je me fais de cette responsabilité. Rejointe ultérieurement par 2 co-listières, je décide dans un premier temps de poser ma candidature, seule. En cas d'élection, je fais savoir que je proposerai ma candidature pour le poste de maire. Louis Méret se démènera comme un beau diable pour préserver sa place en bouclant une liste de 11 candidats et y parviendra, non sans mal. L'ambiance plus que délétère du dernier conseil municipal, au cours duquel Michel Dujon, conseiller inexistant durant 6 ans, se permettra à plusieurs reprises de m'apostropher d'un "Ferme ta gueule" sans soulever la moindre protestation des présents augurera du résultat final : la liste des 11 passe au 1er tour, je me contente de 46 % des suffrages exprimés et mes 2 co-listières d'un peu moins. Je ne suis donc plus, depuis ce 23 mars, conseillère municipale.
 
Je me demande juste, quand cet attelage hétéroclite de circonstance aura désigné LE maire et ses adjoints, qui va réellement travailler dans ce conseil ?  Et qui ira défendre et de quelle façon nos intérêts à l'extérieur ? Un mandat de 6 ans, c'est long. Mais bien trop court pour ceux qui ne visent que LA place et accessoirement un billet de 100 à la fin du mois. Intérêt général ? Ta gueule !
 

 

Publié dans #Ce que je suis

Repost 0